Fichier 287

Publications

Open data des entreprises - Quelles sont les stratégies d’ouvertures des données des entreprises?

Open data des entreprises - Quelles sont les stratégies d’ouvertures des données des entreprises?

Par Thomas rivoire - le 24 octobre 2011

Les objectifs

Analyser des entreprises ayant choisi d’ouvrir une partie de leurs données de façon gratuite ou semi gratuite et voir ce qu’elles en ont retiré.

Les principaux enseignements retirés de l’étude

Dans son article « Can You Make Money from Open Source + Open Data? » Glyn Moody expose les rapports qui peuvent exister entre opendata et l’open source.

Moody avance l’idée que dans une situation où le code open source et les algorithmes sont libres et facilement accessibles, les données tendent à devenir des ressources stratégiques et/ou monétisables. Pourtant de plus en plus d’entreprises proposent des APIs qui permettent à la fois d’accéder à des fonctionnalités mais aussi à des données de façons gratuites ou semi-gratuites.

Ce choix peut paraître étrange mais se justifie de plusieurs façons :

- la valeur des données n’est pas forcement révélée par l’entreprise qui les détient ;

- l’ouverture des données de l’entreprise présente généralement des intérêts stratégiques et économiques, indirects ou différés dans le temps (gain de visibilité de l’activité, valorisation du cœur d’activité, diminution des couts, développement de nouvelles fonctionnalités, amélioration de l’image de marque, valorisation de l’accès à des données payantes).

De façon générale, la question autour de « l’opendata d’entreprise » est assez proche de celle plus globale des API et suscite les mêmes craintes : une perte de contrôle de ses activités, un manque à gagner et une dissolution de la valeur des outils et des acquis de l’entreprise. Comme pour les APIs, l’opendata induit des stratégies indirectes consistant à donner accès à une partie des ressources de l’entreprise (fonctionnalités, puissance de calcul, données) dans le but de renforcer ses sources de revenus.

||

L’opendata, tout comme les politiques basées sur des APIs en général, est envisageable dès lors qu’elle ne perturbe pas le modèle d’affaire ou les activités cœur de la société. Par exemple, pour une entreprise marchande, communiquer sur l’emplacement et les horaires d’ouverture de ses magasins ne porte pas à conséquence.

Dans d’autres cas l’ouverture des données ne présente que des risques très mesurés. C’est par exemple le cas avec la mise à disposition de données marchandes telles que les prix ou les promotions sur des produits. Il s’agit de données clés, et pourtant leur divulgation est de toute façon irrémédiable. Des services comme « quiestlemoinscher.com » (Site comparateur de prix des magasins Leclerc) montrent bien qu’avec ou sans API, ces données sont accessibles par des tiers. En étant à la source de la dissémination de leurs données, les entreprises gagnent en image (ouverture, transparence) et peuvent plus facilement rester en contact avec les développeurs de services tiers.

Dans le cas d’entreprises dont la valeur réside précisément dans leurs données, comme Facebook ou Twitter, la question est plus délicate. Ici, la mise à disposition de données se justifie par un glissement de la valeur : des données vers une nouvelle activité, généralement de la monétisation de l’audience via la publicité. L’open data apporte plus de visibilité, plus de fonctionnalités, un meilleur service pour finalement plus d’audience.

||

Il ne s’agit là que de quelques uns des arguments en faveur de l’opendata pour les entreprises. Cette étude en présente 6 au total, tous illustrés par des mises en applications par des entreprises majeures (Ebay, Tesco, Twitter, Facebook ou Nike).

- un axe de valorisation des activités de l’entreprise (une forme de publicité gratuite par le biais des acteurs tiers reprenant les données de l’entreprise)

- un outil de relation client garantissant un meilleur accès aux informations pour les clients et utilisateurs Orange

- un outil de réduction des coûts lorsque l’opendata est combinée au crowdsourcing (c’est le cas lorsque des informations sont corrigées ou complétées gratuitement par des utilisateurs)

- une possibilité de faire appel à une forme de R&D externalisée grâce aux possibilités d’open innovation offertes par l’opendata. Dès lors l’opendata peut devenir un véritable relai de croissance pour des détenteurs de données (fonctionnelles, utilisateurs, administratives)

- un argument structurant pour la RSE des entreprises l’opendata est porteur de valeur de transparence

- un produit d’appel essentiel pour les data markets et la commercialisation des données

Gabriel Boudard

gabriel.boudard@sofrecom.com

z