Fichier 287

Publications

Le Wi-Fi devient un actif stratégique pour les opérateurs

Le Wi-Fi devient un actif stratégique pour les opérateurs

Une enquête menée par Cisco indique que la part du temps passée à utiliser l'Internet mobile à la maison est d'environ 40% de l'utilisation totale, contre 35% en mobilité et 25% sur le lieu de travail. Toutefois, la dernière édition de l’enquête menée par l’Oxford Internet Institute montre que les attentes des utilisateurs se focalisent de plus en plus autour des terminaux mobiles et d’usages en nomadisme.

Le volume de données mobiles dans le monde a presque triplé en 2010, pour la troisième année consécutive. Les prévisions réalisées par Cisco l'année passée établissait une projection de croissance du trafic de données mobiles de 149% en 2010. Elle a finalement été plus forte que prévue avec une progression de 159%. les contenus vidéo devraient représenter les deux tiers du trafic de données mobiles en 2015. Ils constitueraient déjà près de la moitié du trafic et le volume de données devrait doubler tous les ans durant les prochaines années.

Conscients des limites du haut débit mobile et parfois confrontés au plafonnement du volume données, les utilisateurs profitent des bénéfices que leur offre la technologie Wi-Fi. Les opérateurs s’engagent aussi fortement dans de grands déploiements de réseaux de hotspots, pour des raisons économiques et pour améliorer l’expérience client.

Selon une étude publiée par la Wireless Broadband Alliance (WBA), et réalisée par Informa, plus de la moitié (58%) des opérateurs considèrent les hotspots Wi-Fi comme « très importants » voire « essentiels » en termes d’expérience client, pour soulager les réseaux haut débit mobile et pour fournir des services à valeur ajoutée. La publication de la WBA prévoit donc que le nombre de hotspots Wi-Fi publics dans le monde passera de 1,3 million en 2011 à 5,8 millions en 2015, soit une augmentation de 350%.

De plus en plus d’acteurs prévoient ou connaissent déjà une croissance importante :

- L’opérateur japonais KDDI prévoit de passer de 10 000 hotspots Wi-Fi à 120 000 d’ici juin 2012.

- BSkyB a fait l’acquisition en janvier 2011du fournisseur britannique de services Wi-Fi The Cloud (22 000 points d'accès sur plus de 8 500 sites, dans 12 pays européens).

- AT&T comptait 29 000 hotspots aux États-Unis à la fin du troisième trimestre 2011, contre 23 000 un an plus tôt. Le nombre de connections à son réseau Wi-Fi a presque triplé d’une année sur l’autre pour atteindre 301,9 millions au T3 2011. Le volume de données, quant à lui, a plus que doublé.

- Alors qu’O2 ne compte qu’environ 500 points d'accès Wi-Fi aujourd'hui, l’opérateur devrait déployer au Royaume-Uni un réseau de 15 000 hotspots Wi-Fi d’ici 2013.

Selon une enquête commandée par le fournisseur de solutions Wi-Fi Devicescape, 83% des personnes interrogées estiment que les opérateurs mobiles devraient fournir un accès Wi-Fi dans le cadre d'une offre packagée. Ils sont ensuite 74% à témoigner de leur connaissance du plafonnement du volume de données mobiles adopté par certains opérateurs tout en le déplorant lorsqu’ils ils y sont confrontés.

L'enquête montre également que 88% des personnes interrogées estiment que le Wi-Fi est plus adapté pour certains types de services tels que la vidéo. De plus, le sondage révèle que près de 82% des répondants considèrent le Wi-Fi comme particulièrement important s’il s'agit d'utiliser un smartphone ou une tablette.

L’adoption de hotspots Wi-Fi publics est encore freinée par un certain nombre de contraintes : la recherche des hotspots accessibles, les procédures d'authentification, les coûts d'accès et la sécurité. Organisme de normalisation, alliances d’industriels et opérateurs adressent donc les problématiques de découverte du réseau, d'identification, de connexion, d'authentification et de sécurité, tous essentiels pour l'intégration réussie et transparente du Wi-Fi avec les réseaux cellulaires.

L’exemple d’AT&T

Lorsqu’AT&T et Apple ont permis l’authentification automatique des possesseurs d’iPhone en juillet 2009, la pente de la courbe du nombre de connexions aux hotspots a clairement changé.

Avec cette nouvelle fonctionnalité, AT&T a rendu la connexion des iPhone en Wi-Fi à ses hotspots bien plus aisée. Elle permet aux utilisateurs de basculer du réseau mobile vers le Wi-Fi sans avoir à effectuer les premières étapes de connexion : se connecter en Wi-Fi, ouvrir le navigateur internet qui redirige l’utilisateur vers la page d’authentification du hotspot et introduire un login et un mot de passe.

Le programme Hotspot 2.0

Au mois de juin 2011, la Wi-Fi Alliance et la Wireless Broadband Alliance, qui représentent les opérateurs mobiles, les câblo-opérateurs et d'autres acteurs souhaitant déployer des réseaux Wi-Fi, ont combiné leurs ressources pour adresser les problématiques d’itinérance et d’authentification sur les hotspots.

L’interopérabilité entre les hotspots Wi-Fi et les réseaux mobiles 3G et 4G présente des avantages autant pour l’opérateur que pour l’utilisateur. L’opérateur peut entièrement maîtriser la bascule du trafic d’un réseau vers l’autre dans un objectif de réduction des coûts (« mobile offload »). Le Wi-Fi devient alors une technologie d’accès au même titre que le réseau mobile et le trafic est redirigé vers le cœur de réseau de l’opérateur.

Quant au client, étant authentifié sur le réseau de l’opérateur grâce à sa carte SIM, il bénéficie d’une continuité de service même lorsqu’il passe de la 3G/4G au Wi-Fi (pas de coupure de service et maintien de la session utilisateur). Il est également assuré de ne pas basculer du réseau mobile vers un hotspot Wi-Fi inutilement, par exemple si le hotspot ne lui permet pas de profiter d’un débit supérieur.

De nouveaux modèles économiques apparaissent autour du Wi-Fi. Cette technologie devient par exemple une plateforme de services professionnels monétisant l’attrait d’une connectivité gratuite dans un lieu de vente. Le Wi-Fi pourrait aussi permettre de faire enfin décoller les usages data mobile des particuliers en situation de roaming.

Selon une enquête réalisée en septembre 2010 par In-Stat, près de 66% des personnes interrogées considèrent que les accès Wi-Fi gratuits influencent leur venue dans un lieu. Pour 31% des répondants, un accès gratuit est susceptible d’influer sur leur choix.

Si les revenus ne peuvent pas toujours être directement tirés de l'offre d’accès elle-même, le Wi-Fi a une valeur significative puisqu’il incite les utilisateurs à se rendre dans un endroit plutôt qu’un autre. Il n'est donc pas étonnant que plus de 150 000 cafés et boutiques aient déployé des hotspots Wi-Fi, bien que tous ne soient pas gratuits. Il faut ajouter à cela des dizaines de milliers d’hôtels et d’aéroports dans le monde.

O2 au Royaume-Uni a fait un pas en avant pour exploiter ce marché. Le modèle économique de l’opérateur consiste à générer de nouveaux revenus en monétisant la venue des utilisateurs sur des sites proposant un accès Wi-Fi (points de ventes, cafés, etc.).

O2 va donc développer son propre réseau de hotspots et proposer une connexion Wi-Fi comme un service à valeur ajoutée offert gratuitement dans des lieux de vente. O2 se rémunère auprès des enseignes avec la fourniture de l’accès Wi-Fi et en commercialisant un ensemble de solutions de publicité et de marketing.

Les services proposés par O2 aux sites Wi-Fi incluent :

- Des services sur mesure avec lesquels l’enseigne peut créer sa propre page d’accueil au service Wi-Fi en proposant des promotions, des contenus et autres avantages.

- Des rapports sur les usages des utilisateurs sur les hotspots Wi-Fi, segmentés par type d'appareil et contenus consultés.

Le bénéfice pour les enseignes installant des hotspots O2 et pour lequel elles rémunèrent l’opérateur est donc triple : inciter les utilisateurs à se rendre sur leur lieu de vente, promouvoir leurs offres pour développer leur chiffre d’affaires et enfin mieux connaître leurs clients.

Le Wi-Fi intègre aussi la stratégie roaming des opérateurs. D’ici les prochaines années, un déséquilibre devrait se créer entre la typologie des voyageurs et les revenus du roaming. Informa prévoit un écart très important entre la croissance du volume d’utilisateurs mobiles en itinérance et celle des revenus qui en seront issus.

Le nombre d’utilisateurs mobiles en voyage d’agrément aura plus que doublé d’ici 2015, mais malgré cette augmentation, les usages mobiles devraient rester modérés. Les consommateurs limitent leurs usages mobiles à l’étranger en raison des prix élevés, notamment pour les services de données.

Alors que le Wi-Fi gagne en importance dans la stratégie des opérateurs, ces derniers devront certainement repenser leur stratégie de roaming et se concentrer sur l'amélioration de l'expérience client vis-à-vis de l'utilisation de services mobiles à l'étranger.

Si beaucoup d’opérateurs considèrent encore le Wi-Fi comme une menace pour les revenus du roaming, car moins cher, ils sont de plus en plus nombreux à y voir une opportunité pour cette même raison. Le Wi-Fi peut en effet contribuer à développer les usages mobiles à l’étranger et compenser en partie la perte de revenus liée à la pression réglementaire croissante sur les tarifs de roaming :

- Après un accord établi en novembre 2010 entre KT (Corée) et China Mobile (Chine), un nouveau partenariat a été conclu entre ces deux acteurs et NTT Docomo (Japon) début 2011. L’objectif des trois opérateurs est d’offrir une offre globale d’itinérance de données mobiles avec un accès illimité pour leurs abonnés dans les trois pays grâce à leurs réseaux de hotspots Wi-Fi.

- SK Telecom et China Mobile ont signé cette année des accords avec iPass, fournisseur d'accès Wi-Fi, pour permettre à leurs clients de bénéficier du réseau de hotspots de l’agrégateur partout dans le monde.

- Le roaming est également un des axes de développement l’initiative Wi-fi Mobilize de Deutsche Telekom en partenariat avec iPass. Grâce à un réseau de 500 000 hotspots dans le monde, l’opérateur doit permettre aux utilisateurs de développer les usages data mobile à l’étranger en maitrisant leurs dépenses.

Les clients prennent de plus en plus conscience de l'importance de la connectivité Wi-Fi, alors que celui-ci est devenu un standard sur tous les nouveaux terminaux mobiles. Outre l’aspect économique, les opérateurs commencent à saisir les opportunités que leur offre cette technologie, notamment pour améliorer l’expérience client. Mais si les utilisateurs gèrent déjà activement leur trafic de données en basculant sur leur réseau Wi-Fi domestique, ce comportement ne s’est pas encore largement répandu pour l’accès aux hotspots publics. Les utilisateurs doivent pour cela pouvoir se connecter de manière automatique aux réseaux

Wi-Fi et passer d’un réseau à un autre (3G/WiFi) sans discontinuité ni manipulation.