Fichier 287

Publications

Initiatives « smart grid » : une question de numérisation de l'écosystème

Initiatives « smart grid » : une question de numérisation de l'écosystème

Par Christophe flaux - le 04 août 2015

Le concept de réseau intelligent de distribution d'électricité (smart grid) ne vise pas seulement à transformer les consommateurs d'énergie en « consommacteurs », mais également à faire évoluer le modèle économique traditionnellement ascendant de cette industrie en modèle circulaire. La chaîne de valeur est resserrée : la gestion des flux des réseaux énergétiques est répartie — en temps réel — entre toutes les parties prenantes, ce qui nécessite constance et fiabilité dans les échanges et le traitement des données.


De l'Internet des objets à l'Internet of everything

La transformation du secteur de l'énergie peut laisser perplexe à première vue. En fait, cette (r)évolution est positive car, comme dans toute activité, des bonnes informations viennent les bonnes décisions.
De nos jours, les tendances en matière de comportement des individus et des organisations révèlent une quête d'efficacité dans tout ce qu'ils entreprennent. Il devient crucial de fonder ses décisions sur une source continue d'informations aussi exhaustives et fiables que possible. L’accès à des flux d'informations binaires détaillées suscite de nouveaux services tels que l’e-santé en ligne, les objets et véhicules connectés et le chauffage intelligent. A l’époque analogique, les données provenaient d'un nombre limité de capteurs, tandis qu’à ère du numérique, chaque action, chaque situation peut être modélisée jusque dans ses moindres détails. À mesure que progresse l'automatisation (l'Internet des objets), nous gérons nos activités, les situations et les flux d'informations à l'aide d'ordinateurs, de tablettes et de smartphones : c’est l'Internet of everything.
L'industrie de l'énergie va aussi bénéficier de ce nouveau paradigme : la gestion de l'énergie et son utilisation efficace reposeront sur la diffusion d'informations dont la fiabilité sera avérée.


La performance dépend de la transmission et du traitement des données

Les objets connectés sont un marché nouveau et prometteur : on table sur 80 milliards de terminaux communicants dans le monde d'ici à 2020. Les opérateurs de télécommunications doivent saisir cette opportunité pour éviter que ne se répète le scénario qui a occasionné une perte de leurs revenus de 23 milliards de dollars, au profit des acteurs OTT (1) .
Tandis que chaque geste, chaque événement devient « numérisable », un volume gigantesque de données est recueilli via des infrastructures informatiques et télécoms à très haut débit, stocké puis rendu disponible sur n'importe quel terminal (PC, smartphone, tablette).
La maison intelligente, le chauffage intelligent, la gestion de la consommation del'eau seront possibles grâce au déploiement de set top box fournis par les opérateurs télécoms. Ce besoin de collecte et de transmission de données sera une incitation supplémentaire pour que les pouvoirs publics encouragent le déploiement du Très Haut Débit.


Pas de réseau intelligent sans une gestion intelligente des données

Les sciences analytiques sont essentielles pour exploiter toutes ces données de façon optimale. Il s'agit d'un processus d'apprentissage continu. Les premiers arrivés acquerront les meilleures compétences et profiteront des avantages des pionniers, comme c'est le cas sur les marchés portés par l'innovation. Pour réussir, il sera nécessaire de tenir compte des spécificités règlementaires locales en termes de protection de la vie privée et de confidentialité des données, une des raisons de nouer des partenariats avec des acteurs régionaux crédibles.
Les fournisseurs de service pourront proposer des prestations de type « as a Service » (XaaS), offrant des solutions analytiques pour répondre aux besoins à la fois des entreprises du secteur des énergies et des pouvoirs publics, les complétant avec des applications mobiles d'e-commerce et des systèmes d'administration en ligne.


Des données réservées... à tout le monde

C'est ça, la révolution ! Avec l'Internet of everything, nous ne collectons pas seulement des données de diverses sources d'informations, mais, surtout, nous les traitons et communiquons les résultats à quiconque souhaite optimiser son efficacité énergétique. Qu'il s'agisse de se conformer aux réglementations ou simplement d’en tirer un avantage mutuel, les données post-traitées sont mises à disposition des producteurs, des distributeurs et des transporteurs d'énergie , aux consommateurs qui ont généré des données brutes et aux services publics au regard de leur rôle probable de régulation. Les données doivent être anonymisées et protégées avant de générer des indicateurs qui pourront être exploités par les parties prenantes des réseaux énergétiques - autant dire, tout le monde de nos jours !


Réseau énergétique : de la gestion parcellaire à la gestion communautaire

L'implication du « consommacteur » et de son foyer connecté dans des initiatives publiques de réseaux intelligents ouvre la voie à des opportunités au sein d'une économie circulaire qui inclut les projets de construction de bâtiments, de quartiers et de villes qualifiés d'intelligents.
Au-delà des acteurs traditionnels du marché de l'énergie — producteurs, distributeurs et régulateurs —, nous assistons aujourd'hui à l'avènement d'un réseau maillé de contributeurs transformant le modèle économique ascendant classique en un modèle plus horizontal, basé sur la transversalité et l'interconnexion dans lequel chaque décision est à la fois individuelle et collective et, surtout, prise en temps réel.
L'efficacité nécessitera, bien entendu, davantage d'automatisation. Les technologies machine-machine (M2M) et les processus d'automatisation ne cesseront de gagner en importance dans notre quotidien.
Abstraction faite des modèles et des réglementations, les personnes et les entreprises sont libres d'agir comme bon leur semble, dans la mesure où elles agissent dans l'intérêt commun. Les systèmes basés sur les TIC permettent non seulement aux objets d'interagir, mais fournissent également des données aux individus et aux chefs d'entreprise pour appuyer leurs décisions quant à la production, la transmission et la consommation d'énergie.
La relation figée maître/esclave est révolue, place désormais à un écosystème TIC complexe faisant usage d'applications dédiées pour servir les intérêts de la communauté dans son ensemble. Les services publics et les entreprises privées ne se focaliseront plus sur la construction et l'exploitation des infrastructures, mais davantage sur les « services gérés » pour lesquels ils auront besoin d'assistance. Les opérateurs télécoms apparaîtront comme le partenaire idéal, au vu de leur vaste expertise dans les architectures TIC et de télécommunications, sachant utiliser toutes les technologies dans tous types d'environnement. Pour couronner le tout, ils s'avèreront indispensables, dans la mesure où ils pourront soulager les entreprises de l'énergie des tâches fastidieuses de collecte, de transmission et de traitement des données et fournir des informations à usage immédiat, ainsi que les outils nécessaires pour faciliter le travail de leurs clients.

________________________________

(1) Source : Ovum. La défection des abonnés à l'égard des SMS, leur préférant des applications OTT telles que Whats'App, a engendré une perte de 23 milliards de dollars pour les opérateurs télécoms.
(2) gestionnaires des réseaux de transport (GRT) et gestionnaires des réseaux de distribution (GRD).

z