Fichier 287

Publications

Impact de la digitalisation de l’Etat sur le classement Doing Business

Impact de la digitalisation de l’Etat sur le classement Doing Business

Sofrecom digitalisation

Depuis 2003, le rapport Doing Business du Groupe de la Banque Mondiale mesure chaque année la facilité de faire des affaires pour les petites et moyennes entreprises du monde entier afin d’attirer des investissements, renforcer la compétitivité et favoriser la création d’emplois. Les rapports Doing Business éclairent la conception de réformes nationales et motivent ces réformes par le biais d’une analyse comparative par pays.

Les critères d’évaluation des économies vont de l’électrification à la facilité de création d’entreprise, en passant par la pression fiscale et la protection du droit à la propriété. La digitalisation n’est pas un critère en soi, néanmoins celle-ci transcende tous les autres et son impact est très fort sur le classement Doing Business, notamment sur celui des économies africaines où l’innovation numérique est le moteur de la croissance économique.

L’Afrique, le continent aux bientôt mille réformes

Si l’on se fie au classement Doing Business 2018, les économies d’Afrique détiennent, et ce pour la deuxième année consécutive, le record du nombre de réformes mises en oeuvre pour améliorer le climat des affaires. Ainsi, le nombre total de réformes introduites l’an dernier s’élève à 83, ce qui porte à 798 le nombre total de réformes enregistrées ces 15 dernières années dans les 48 économies du continent africain. Plusieurs de ces réformes ont porté leurs fruits ; pour ne citer qu’un exemple s’il fallait en moyenne 61 jours pour créer une entreprise en Afrique en 2003, les délais sont réduits aujourd’hui à 22,5 jours en moyenne et la révolution numérique qu’a connu l’Afrique y est pour quelque chose.

Prenons pour exemple le Maroc, celui-ci occupe aujourd’hui le podium africain du classement grâce à son approche centrée sur la digitalisation et la mise en oeuvre du Guichet Unique de facilitation du commerce extérieur, de promotion de la compétitivité de l’opérateur national et d’amélioration de l’environnement des affaires, cette réforme a permis au Royaume de gagner 39 places au classement Doing Business 2017 attirant ainsi de nouveaux investisseurs pour le pays.

La République de la Côte d’Ivoire suit le même chemin et affiche une forte ambition pour améliorer son climat des affaires en simplifiant la vie des entreprises. Cette simplification passe par la dématérialisation de nombreuses interactions et démarches administratives afin de réduire les délais et les coûts de transactions administratives. Sofrecom a par exemple participé à la mise en place d’un Guichet Electronique Unique d’Enregistrement des Actes à la Direction Générale des Impôts (DGI) afin de réduire en particulier le temps et le coût de résolution des litiges commerciaux ainsi qu’améliorer la qualité et l’efficacité des procédures judiciaires en Côte d’Ivoire.

Les initiatives marocaines et ivoiriennes ne sont pas les seules en Afrique, plusieurs pays ont engagé des réformes numériques pour améliorer le climat des affaires dans leur pays. Aujourd’hui le Rwanda se positionne comme le meilleur élève en Afrique en matière d’e-gouvernement porté par l’innovation numérique que le pays a apprivoisé et placé au coeur de sa croissance économique.