Fichier 287

Publications

de retour du MWC 2011 / les jeux d’acteurs et terminaux

de retour du MWC 2011 / les jeux d’acteurs et terminaux

Le Mobile World Congress fut l’occasion de découvrir les nouveaux terminaux. Cette édition 2011 marqua notamment la première apparition des tablettes telles qu’on les connait aujourd’hui, c'est-à-dire ‘après iPad’. Nous avons également pu assister à des prises de positions et mouvements significatifs dans l’univers du mobile.

Deux consultants de la division SATM (Services Avancés Telcoms & Média) de Sofrecom, Sylvie Krstulovic et Julien Collin, ont assisté à cet évènement.

Cet article a été rédigé dans le cadre d'un programme de veille marketing et stratégique du marché des télécoms pour le compte de l'entité Market Intelligence du groupe France Télécom-Orange.

Les constructeurs musclent leurs tablettes

Certains prévoyaient que le marché des tablettes allait disparaître aussi rapidement qu’il était apparu mais force est de constater que les derniers chiffres du salon sont en contradiction avec cette prévision. Les tablettes font jeu égal avec les smartphones en récoltant 49,2% du buzz.

Les différents constructeurs et fournisseurs d’OS veulent profiter de l’émergence des tablettes pour se placer favorablement. Malgré le succès de l’iPad face aux autres constructeurs, l’opportunité de prendre la place de leader est toujours perçue comme possible.

Du côté des constructeurs, LG avec sa tablette capable de filmer en 3D et Samsung avec la deuxième version de la Galaxy Tab ont tenu le haut du pavé. Du côté des OS, c’est encore Android qui était le plus présent avec la version 3.0, Honeycomb, spécifiquement dédiée aux tablettes. Cependant, HP avec sa tablette TouchPad sous WebOS, RIM avec son PlayBook sous une version pour tablette de QNX et Windows 7 présent sur l’Asus Eee Slate EP121 ne désespèrent pas de prendre de l’importance.

Très peu de différences

La plupart des tablettes fonctionnant sous le même OS, Android, et possédant des caractéristiques techniques relativement semblables, les différences entre les différents terminaux sont peu évidentes. Les variations portent notamment sur :

- les tailles d’écran, généralement 7 pouces ou 10 pouces

- les versions de l’OS, Android 3.0 Honeycomb ou 2.3 Gingerbread

Smartphones : le haut de gamme au premier plan

A quelques exceptions près, les nouveaux smartphones présentés au cours du MWC sont non seulement des terminaux sous Android, la plupart du temps en version 2.3, mais ce sont également des terminaux haut de gamme avec des caractéristiques techniques plus ou moins équivalentes. Les différences se font généralement sur les fonctionnalités et services rajoutés par les constructeurs, ou sur une caractéristique exceptionnelle. Malgré tout, la domination sans partage d’Android risque de noyer les nouveaux terminaux.

Accord Nokia / Microsoft

Le premier événement de ce Mobile World Congress a cependant eu lieu la semaine avant que celui-ci ne débute. Microsoft et Nokia ont annoncé leur partenariat le 11 février 2011. Suivant cet accord, Windows 7 deviendra la plateforme de référence des smartphones de Nokia. Les premiers terminaux ne devraient cependant pas sortir avant 2012. Par ailleurs, Nokia a annoncé qu’il aurait la possibilité de personnaliser l’OS autant qu’il le souhaite.

Avec cet accord Nokia espère relancer ses ventes de smartphones et se donner une nouvelle impulsion dans les pays développés. De son côté Microsoft veut percer sur le marché des OS mobile sur lequel il est à la traîne.

Cet accord a été mal reçu à la fois de la part des investisseurs (l’action de Nokia ayant chuté de 9% le jour de l’annonce) mais aussi des opérateurs. Verizon et Orange, notamment ont fait part de leurs doutes quant à cette alliance. Jean-Paul Cottet, directeur de l’innovation chez Orange, a ainsi mis en garde Microsoft et Nokia contre la tentation de reproduire le modèle fermé d’Apple. En cas de difficultés de négociation, les opérateurs pourraient alors facilement se tourner vers les smartphones Android, plus facilement adaptables.

Les opérateurs se réveillent

Devant le poids grandissant des OTT comme Google ou Apple et en anticipation des problèmes d’encombrement réseaux (« capacity crunch »), les opérateurs souhaitent prendre leur destin en main, et conclure divers partenariats et associations pour préparer sereinement les mutations à venir.

Alliance pour contrer la puissance montante des OTT

« Le réveil des opérateurs a sonné. Nous avons désormais une vision claire des défis qui pèsent sur notre modèle. Nous sommes décidés à passer à l'offensive » a déclaré Stéphane Richard, P-DG d’Orange en février 2011.

Les grands opérateurs européens sont donc partis à l’offensive lors de ce MWC 2011. Le « G5 » (Orange, Vodafone, Telefónica, Telecom Italia et Deutsche Telekom) s’est ainsi réuni à Barcelone pour aborder notamment le «problème » des OTT.

En cause, une mauvaise répartition des bénéfices et des investissements, les opérateurs souhaitent partager la facture avec les Google, Youtube, Apple, etc. Franco Bernabe, CEO de Telecom Italia et président du GSMA, a indiqué lors du MWC 2011 qu’il n’y aurait « aucun repas gratuit pour les fournisseurs de contenus » et que ces derniers « utilisent lourdement nos réseaux mais ne contribuent aucunement à leur développement ».

Stéphane Richard désigne aussi une trop faible concurrence sur le marché des applications où Apple et Google s’accaparent presque entièrement le marché. Les opérateurs ainsi que d’autres acteurs ont lancé lors de la précédente édition du MWC la « Wholesale Applications Community » (WAC), une plateforme interopérable d’applications pour contrer l’App Store et Android Market.

Les opérateurs souhaitent capitaliser sur l’explosion de la data mobile

Les opérateurs se posent la question de savoir comment faire de l’argent sur le « big crunch » dont certains comme Huawei prédise une multiplication par 270 du trafic dans les prochaines années. Les discussions de ce MWC 2011 portaient sur les différentes manières de facturer le client afin d’optimiser les revenus.

Pour une régulation allégée et étendue hors du périmètre réseau - infrastructure

Les régulateurs ne font pas assez pour stimuler l’investissement dans les réseaux mobiles et les services. Voici le message qui a dominé lors du keynote auquel participaient les CEO de certains des plus grands opérateurs mondiaux : AT&T, China Mobile, Telefónica, America Movil et Vodafone.