Analyse marché

La transformation agile, un voyage vers une nouvelle identité

lun. 30 mai 2022

La transformation Agile est un voyage. C’est une répétition continue de cycles d’alignement et d’auto-organisation.

Le monde s’accélère et devient de plus en plus complexe et l'ère digitale gagne de plus en plus du terrain. Les besoins évoluent et ce qui a marché hier ne marchera pas forcement aujourd'hui.

Face à ce constat, la gestion de projet classique et les organisations silotées ne sont plus adaptées à cette vitesse d'évolution et à ce besoin d'innovation continue.  Aujourd'hui, l'objectif des organisations est d'être concurrentiel en livrant le bon produit, au bon moment et avec la meilleure qualité possible.

L'agilité n'est pas l’objectif. Elle est un excellent moyen pour avancer vers son objectif. Une transformation Agile est l'acte de faire évoluer la culture et les pratiques, sans relâche[AB1] , de façon à prospérer dans cette ère digitale. Une transformation agile est un voyage. Ce n'est pas une action isolée dans le temps avec une date de début et une date de fin.

Mener sa transformation avec l'état d'esprit Agile

Les modèles de transformation courent la toile et ils sont tous aussi valables les uns que les autres. La réussite d'une transformation repose sur la façon avec laquelle on aborde un modèle. Pour réussir, la transformation Agile s'aborde avec l'état d'esprit Agile.

L'état d'esprit agile encourage à mener ses projets en valorisant une intelligence collective qui fonctionne en autonomie vers un objectif commun en effectuant des alignements réguliers pour s'adapter.

Les modèles de transformation procurent une feuille de route, une base pour commencer un chemin. Par la suite, c'est la succession des alignements et l’auto-organisation qui prime.

Le meilleur moyen pour s'aligner est la communication

Privilégier les discussions aux sondages. Réunir les parties prenantes et laisser émerger les divergences et les points de vus différents pour ensuite aboutir à un consensus[AB2]  collectif.

Cela nécessite bien évidemment une transparence totale. On ne peut s'améliorer que si on regarde les choses en face.

A l'issu de l'alignement, les axes à investir prioritaires émergent. L'objectif de cette étape est la prise de conscience qui permet de déclencher intrinsèquement la motivation de s’impliquer au changement.

Pour réussir, une transformation doit être spontanée. Elle doit être voulue et non subie.

Auto-organisation

Une fois que l'envie de mener le changement émerge, l'auto-organisation prend le relais.

L'équipe s'autoorganise par rapport au choix et à la façon de mener l’expérimentation. Cela permet de s'approprier la démarche, de célébrer les succès et d’apprendre de ses échecs.

Il est recommandé d'avancer par petites étapes en cherchant des solutions simples. Chercher le plus petit pas possible vers l'avant qui nous rapproche de l'objectif.

Chaque expérimentation est spécifique, résout une hypothèse précise et doit pouvoir être testée. Le modèle ci-dessous peut être une bonne pratique pour réussir la modélisation de ces expérimentations :

Nous croyons que "hypothèse de problème à résoudre" pour vérifier nous allons "expérimentation à mener" et mesurerons "indicateur qui nous permet d'évaluer". Et nous serons ok si "le critère de succès".

Si l'expérimentation est un échec. Il faut faire un retour en arrière sans hésiter. C'est l'essence même de l'expérimentation. C'est ce qui permettra de construire la suite du chemin en considérant l'apprentissage acquis.

Si l'expérimentation est une réussite, il faut veiller à ce qu'elle devienne une habitude.

L’effet cumulé des habitudes

Réussir une expérimentation est une étape. Changer d'habitude en est une autre. Il est facile de suivre une pratique quand on a le temps de s'y concentrer. La maitrise de la nouvelle pratique est quand celle-ci devient une habitude et persiste quand les esprits sont distraits par d'autres perturbations.

La vitesse d'une transformation est celle des collaborateurs qui œuvrent à sa réalisation

Il est important de prendre le temps d'ancrer ses pratiques jusqu'à ce qu’elles soient effectuées sans y réfléchir. Comme conduire une voiture.                                

Une fois l'habitude acquise, il est possible d'investir de nouvelles habitudes et récolter les fruits de l'effet cumulé.

Les habitudes fonctionnent par effet cumulé. Tout comme une mauvaise habitude peut provoquer une accumulation de dégâts, une bonne habitude va permettre un bénéfice cumulé.

Conclusion       

La transformation Agile est un voyage. C’est une répétition continue de cycles d’alignement et d’auto-organisation. Chaque expérimentation est émergente et a pour objectif de mettre en place une nouvelle bonne habitude. Les habitudes prennent du temps pour s’ancrer et il est très important d'investir ce temps. C’est le cumul des bonnes habitudes qui façonne l'identité.

Pour être Agile plutôt que faire de l'Agile.

Se faire accompagner par un coach Agile peut être pertinent.

Ce dernier, d’une part, dispose des outils qui facilitent l’émergence de l'intelligence collective et de l'état d'esprit Agile qui favorisera une transformation par petit pas. [AB4] D’une autre part, il apporte un regard et des propositions neutres qui facilitent leur considération auprès des parties prenantes en faisant abstraction des historiques et des vécus de chacun1.

 

1 Quelques références

* Habitudes : Atomic Habits de [[James Clear]]

* Modèles de transformation : Agile fluency ; SAFe implémentation Roadmap

* Modèles d’évaluation  : Spotify health check; SAFe assessments

/media/images/placeholders/hamza-skander.png

Skander Hamza

Coach Agile