Analyse marché RSE

Orange œuvre pour une société numérique inclusive et responsable

mer. 12 févr. 2020

S’il répond une préoccupation sociétale récente, l’engagement d’Orange en faveur d’une société numérique inclusive est inscrit dans son ADN. Il s’est manifesté tout au long de son histoire et de son développement dans près de 30 pays du globe. Dans le nouveau plan stratégique 2020-2025 du Groupe, il s’affirme comme un socle de sa croissance et de sa responsabilité sociale.

Quelles sont les ambitions du Groupe Orange en matière d’inclusion numérique ?

L’inclusion figure au frontispice de l’expression du nouveau plan stratégique du Groupe Engage 2025 qui a pour ambition d’agir pour l’égalité numérique, l’un des deux piliers de l’engagement responsable du Groupe avec la lutte contre le réchauffement climatique.

Par ailleurs, dans le cadre de la récente loi PACTE qui demande aux entreprises de définir le sens profond de leur contribution à la société et à la planète, le groupe a réaffirmé sa volonté d’exemplarité sociale en formalisant ainsi sa raison d’être : « Orange est le partenaire de confiance qui offre à chacune et à chacun les clés d’un monde numérique responsable » et la mission qui en découle : « garantir que, dans tous nos champs d’activité, le numérique soit pensé, mis à disposition et utilisé de façon plus humaine, plus inclusive et plus durable ».

Pourquoi Orange souhaite renforcer son modèle d’entreprise engagée et responsable vis-à-vis de ses collaborateurs, de ses clients et de l’ensemble de la société ?

Parce que nous avons la conscience et la conviction que le numérique est au centre de bien des activités humaines et un puissant moteur de leur développement. Être exclu du numérique, c’est vivre une forme de déclassement social et souvent économique. En Afrique, où nous opérons depuis plusieurs décennies, nous constatons le lien très étroit entre l’accès à des services numériques, tels qu’Orange Money adopté par 45 millions de clients, et le soutien au développement social et économique. Ce sont les mêmes constats dans les domaines de l’éducation, de la formation, de l’agriculture... Les programmes que la RSE et la Fondation Orange déploient depuis plusieurs années nous confortent dans la certitude que la réduction des inégalités numériques passe par des actions d’inclusion des populations..

Comment avez-vous défini le nouveau programme d’actions qui servira l’ambition d’inclusion numérique d’Orange ?

Nous avons identifié les causes de la fracture numérique, puis analysé la façon de réduire les inégalités sur l’ensemble de nos géographies, sachant que nous y occupons des positions très différentes. Trois problématiques constituent des freins à l’inclusion numérique :

  • La couverture réseau. Si elle est mature en Europe, il existe des marges de progrès significatives en Afrique et Moyen-Orient.
  • La connectivité. Dans l’introduction de son ouvrage « Human Web », notre Président, Stéphane Richard constate que près de 4 milliards d’individus sur la planète n’utilisent pas Internet alors même que 3 milliards d’entre eux sont sous couverture. Les raisons ? Leur incapacité financière à s’offrir un smartphone, le non-accès à une source d’énergie, l’absence de compétences adéquates.
  • L’illectronisme ou illettrisme numérique. Les dialogues que nous organisations avec nos parties prenantes révèlent des situations surprenantes : des populations, souvent jeunes, virtuoses dans l’art d’utiliser les réseaux sociaux pour leur développement relationnel personnel, ne savent pas toujours se servir du numérique pour trouver un emploi, faire des démarches en ligne, rechercher des informations.

Sur quels leviers la RSE d’Orange s’appuiera pour réduire la fracture numérique ?

Notre engagement va s’organiser autour de quatre actions structurantes pour tous les pays Orange :

1. Accroître la couverture du réseau en fonction des besoins identifiés dans chaque géographie : couverture des zones blanches et amélioration des débits en France, déploiement de la 5G en Europe et de milliers de nouveaux sites 4G déployés sur la zone MEA.

2. Accompagner les usages du numérique

Nous déploierons, d’ici 2025, au moins un Orange Digital Center dans chacun de nos pays. Ces structures sont réellement emblématiques de notre engagement dans le domaine de l’inclusion numérique. Elles regroupent en un seul et même lieu quatre briques de la chaine de valeur de l’inclusion numérique : la formation au codage, un atelier de prototypage numérique de projet, un FabLab Solidaire, atelier de formation et fabrication numérique pour des jeunes en insertion exclus du numérique, un accélérateur de start-up et un accompagnement financier de l’entrepreneuriat. Elles fonctionneront en réseau afin qu’une start-up puisse bénéficie d’un écosystème élargi à d’autres pays. Elles intègreront progressivement des actions d’inclusion par la formation, déployées ces dernières années dans les pays, comme le concept à succès #SuperCodeurs. En complément, nous ouvrirons une Fondation Orange dans chaque pays pour déployer tous nos programmes d’accompagnement dont la vocation est de faire du numérique un facteur d’égalité des chances pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes en difficulté.

3. Proposer une offre inclusive dans chaque pays.

Dans chaque pays, dans la continuité de premières expériences européennes. En France, nous avons développé pour des familles du Nord qui cumulent précarité sociale et numérique, une offre solidaire Coup de Pouce intégrant, pour un prix très bas, un accès Internet/téléphone fixe, un PC recyclé et une formation gratuite. Aujourd’hui, nous étendons cette offre au niveau national. En Espagne, le programme Gigas Solidarios propose à des clients de reverser leurs données non utilisées à des familles en situation de précarité à qui Orange fournit gratuitement un accès Internet et une tablette équipée.

4. Développer une offre de smartphones abordables, à moins de 20$ pour un 3G et moins de 40$ pour un 4G en MEA par exemple. En Europe, nous nous positionnerons sur le marché très dynamique des mobiles reconditionnés.

Vous souhaitez également capitaliser sur la dynamique d’engagement solidaire des collaborateurs d’Orange…

Nos collaborateurs sont toujours plus nombreux à soutenir nos efforts d’inclusion numérique. Leur mobilisation est remarquable ! Ainsi 8 000 bénévoles interviennent pour la Fondation Orange et au sein des deux premiers Orange Digital Centers ouverts en Tunisie et au Sénégal. Dans nos boutiques, partout sur les territoires, ils animent des ateliers numériques. Avec le lancement du plan stratégique Engage 2025, leur engagement solidaire prend un sens nouveau. Nous voulons mieux accompagner et soutenir ce dynamisme de partage de compétences numériques à travers du mécénat de compétence, du bénévolat de proximité, du volontariat de formation et d’autres formats à inventer.

Votre politique d’inclusion numérique est-elle différenciée en fonction des pays ?

Pour donner de la lisibilité à un engagement de longue date et accroître l’efficacité de nos efforts, nous sommes dans une logique de passage à l’échelle de notre politique d’inclusion. Néanmoins, dans la mise en œuvre des actions, chaque pays s’appuie sur son dialogue avec ses parties prenantes pour répondre aux attentes et besoins particuliers de son environnement, de ses partenaires, des autorités. En outre, la dynamique d’innovation qui irrigue les pays n’a pas systématiquement comme origine le siège du Groupe. C’est en Tunisie que s’est développé le concept d’Orange Digital Center. Et, à bien des égards Orange Money, déployé dans 14 pays en Afrique, a préfiguré Orange Bank !

Mesurez-vous l’efficacité de vos actions d’inclusion numérique ?

Depuis presque 3 ans, nous nous attachons à mesurer, notamment en Afrique et en France, l’impact socio-économique non seulement de nos actions cœur de métier, mais de nos engagements de RSE. Les résultats se traduisent en points de PIB. Ils sont souvent significatifs : l’empreinte économique globale d’Orange est, par exemple, évaluée à plus de 10 points de PIB en Côte d’Ivoire et au Sénégal. Ces mesures sont aussi utiles pour nous que pour les parties prenantes qui soutiennent nos efforts. Ils permettent une prise de conscience collective.

La mobilisation qui traverse notre organisation constitue un autre indicateur précieux du bien-fondé de notre engagement historique pour une société inclusive, un engagement profondément ancré dans la culture de l’entreprise. Nous sommes tous convaincus que le numérique est un facteur de développement des individus, des populations, des entreprises et des pays. A l’heure où la lutte contre l’inégalité numérique est devenue  un enjeu sociétal, notre bilan en la matière renforce cette conviction et nous donne envie d’aller toujours plus loin.

Extrait de notre livre blanc: Inclusion digitale, un enjeu sociétal?

/media/images/contacts/contributeurs-livres-blancs/mathieu-belloir.png

Matthieu Belloir

Directeur RSE du Groupe Orange