Analyse marché

GAIT : L’initiative de la GSMA pour réduire les inégalités Femmes-Hommes dans les usages mobiles

lun. 21 juin 2021

Développée par la GSMA dans le cadre du programme Femmes connectées, la boite à outils GAIT d’apprentissage automatique et d’analyse des usages des abonnés, fournit aux opérateurs mobiles et de mobile money de précieux renseignements sur les obstacles qui empêchent les femmes d’accéder à ces services. Elle constitue un levier d’inclusion numérique pour les femmes et de croissance pour les opérateurs.

Qu’est-ce que "GAIT" en bref ?

Destinée aux opérateurs de réseaux mobiles (MNO) et aux fournisseurs de mobile money (MMP), GAIT est une boîte à outils d'apprentissage automatique et d'analyse des usages des mobiles et de mobile money dans une approche segmentée par genre. 

GAIT fournit aux opérateurs mobiles et du mobile money, des analyses des usages clients, qui peuvent les aider à mieux comprendre la différence d’usages entre les sexes. Il s’agit de mieux connaitre et comprendre les pratiques de leurs clients en matière de possession et d'utilisation de téléphones mobiles pour mieux répondre à leurs attentes. 

Il est à noter que la version initiale de GAIT ne prenait pas en compte les données de mobile money et ne disposait d'aucune fonction d'analyse des usages. Ces deux fonctionnalités sont désormais disponibles dans la boîte à outils, suite à l’évolution de GAIT.

Pourquoi et comment cette initiative est-elle née ?

GAIT était à l'origine une initiative du programme Femmes connectées, dont la mission est de réduire les inégalités entre les femmes et les hommes dans le domaine de l'internet mobile et des services du mobile money. Pour y parvenir, le programme travaille avec les opérateurs de téléphonie mobile et leurs partenaires afin d'éliminer les obstacles qui empêchent les femmes d'accéder à ces services.

L'équipe a initialement commandé le programme GAIT en raison d'un défi récurrent auquel elle était confrontée : le manque de données sur les abonnés, segmentées par genre au niveau des ORM. L’absence de ces données entravait en effet l'évaluation de l'ampleur du fossé, la réalisation d'une analyse de l'utilisation, fondée sur des données précises, mais également la mesure des progrès par les opérateurs à l’issue d’actions menées. Cela, bien que les données sur le genre soient généralement disponibles au niveau national, grâce aux données d'enquête1.

Les bénéfices attendus de GAIT

La première étape pour réduire l'écart entre les sexes consiste à identifier avec précision la composition des clients des opérateurs par sexe. En permettant aux ORM et aux MMP de mieux comprendre la composition par sexe de leur base d'abonnés, ainsi que les modèles de comportement ventilés par sexe, GAIT vise non seulement à réduire l'écart entre les sexes en ce qui concerne la possession de téléphones mobiles, mais aussi à encourager l'adoption de services tels que l'internet mobile et l'argent mobile.

Pour nous, cet objectif bénéficie à toutes les parties concernées : 

  • Aux femmes : une plus grande inclusion numérique et financière des femmes entraîne un large éventail d'avantages sociaux et économiques : elle ouvre l'accès à des services qui améliorent la vie, tels que l'information, l'éducation et des services financiers plus sophistiqués. En retour, l'amélioration de l'accès des femmes à l'argent et à l'internet mobile peut améliorer les moyens de subsistance et la situation socio-économique générale des femmes, qui sont souvent sous-desservies de manière disproportionnée par rapport à la population générale.
  • Aux Opérateurs Mobiles et de Mobile Money : l'intégration d'un plus grand nombre d'abonnés femmes, entraîne une croissance pure et simple des revenus et des parts de marché. Au-delà de la "simple" possession d'un téléphone portable, l'utilisation de services sophistiqués, tels que l'internet mobile et l'argent mobile, signifie également un revenu moyen plus élevé par utilisateur.

Comment cela fonctionne-t-il sur le plan technique ?

Le GAIT comprend deux fonctions essentielles :

L'identification du genre, en désignant chaque client comme étant une femme ou un homme. Cette fonction est assurée par l'apprentissage automatique. Elle est mise en œuvre en trois étapes principales :

  • Étape 1 : identifier le sexe d'un sous-ensemble représentatif de clients par le biais d'une enquête téléphonique soigneusement formulée.
  • Étape 2 : construire un modèle prédictif basé sur les habitudes d'utilisation des téléphones portables de ce sous-ensemble de clients identifiés avec précision. Les mesures de l'utilisation des téléphones portables utilisées pour calculer ce modèle comprennent les enregistrements des détails des appels (CDR, y compris la voix et les SMS), l'utilisation de l'internet et/ou les données monétaires mobiles.
  • Étape 3 : appliquer le modèle prédictif au reste de la clientèle, en qualifiant chaque client de femme ou d'homme.

L'analyse des usages : une plateforme avec un ensemble de tableaux de bord de données pour mieux comprendre les habitudes et les usages des clients et éclairer les décisions stratégiques. Il s'agit de tableaux personnalisés sur les usages des clients GSM (temps d'antenne, SMS, données) et/ou du mobile money, segmentés par genre. La plateforme comprend trois menus : GSM, Mobile Money et GSM vs. Mobile Money - ce dernier permettant aux utilisateurs d'observer les corrélations entre la voix, les données et l'utilisation des paiements.

Quelles sont les évolutions prévues, le cas échéant ?

Nous venons de mettre à jour la version initiale de GAIT pour y ajouter les fonctionnalités suivantes :

  • Gestion des données du mobile money, en complément des données purement GSM. Ces données permettent de mesurer notamment l’écart entre la détention d’un compte de mobile money et son utilisation effective.
  • Analyse des usages, grâce à un ensemble de tableaux de bord personnalisables.
  • Simplification de l’utilisation qui ne nécessite plus désormais de compétences informatiques avancées.

Le développement des données et de l'IA a-t-il un impact sur les pratiques de la GSMA ?

GAIT était à l'origine une initiative du programme Femmes connectées, dont la mission est de réduire les inégalités entre les femmes et les hommes dans le domaine de l'internet mobile et des services du mobile money. 

Pour y parvenir, le programme travaille avec les opérateurs de téléphonie mobile et leurs partenaires afin d'éliminer les obstacles qui empêchent les femmes d'accéder à ces services.

L'équipe a initialement commandé le programme GAIT en raison d'un défi récurrent auquel elle était confrontée : le manque de données sur les abonnés, segmentées par genre au niveau des MNO. 

L’absence de ces données entravait en effet l'évaluation de l'ampleur du fossé, la réalisation d'une analyse de l'utilisation, fondée sur des données précises, mais également la mesure des progrès par les opérateurs à l’issue d’actions menées. Cela, bien que les données sur le genre soient généralement disponibles au niveau national, grâce aux données d'enquête.

Qu'en est-il des opérateurs de télécommunications ?

Là encore, dans le contexte de la pandémie, nous avons vu naître de multiples initiatives par différents opérateurs pour atténuer l'impact de la pandémie, notamment dans les pays en développement.

1Vous pouvez en savoir plus sur la première version de GAIT dans le rapport qui lui est consacré : https://www.gsma.com/mobilefordevelopment/wp-content/uploads/2018/09/GSMA-Gender-Analysis-and-Identification-Report-GAIT-August-2018.pdf

Extrait de notre livre blanc Défis et progrès à l’ère des données et de l’intelligence artificielle

/media/images/contacts/contributeurs-livres-blancs/arame-awanis.png

Aramé Awanis