Analyse marché RSE

L’économie circulaire : un nécessaire changement de paradigme

mer. 09 févr. 2022

Construire une stratégie d’économie circulaire n’est plus simplement un moyen d’améliorer la réputation d’une entreprise. C’est aussi un nouveau modèle économique qui permet d’apporter une réponse pragmatique aux problèmes de changements climatiques et de gagner en performances économiques et sociales.

Le 6ème rapport du GIEC dresse un état des lieux alarmant sur le réchauffement de la planète. C’est une réalité qui nous pousse à décarboner radicalement nos économies. Passer d’un modèle de développement linéaire « extraire, fabriquer, jeter » à un modèle basé sur l’économie circulaire « Réutiliser, Réparer, Recycler » est un des leviers pour atteindre ces objectifs de décarbonation. Quelles idées reçues freinent la mise en place de politiques d’économie circulaire de grande ampleur et quels changements les entreprises vont devoir opérer ?

Les défis sociétaux auxquels nos entreprises doivent faire face sont nombreux, tels que le réchauffement climatique ou l’épuisement des ressources naturelles (le jour du dépassement ne cesse d’avancer). Notre société est de plus en plus vulnérable face à ces enjeux.

On l’a vu lors de la récente pandémie mondiale, la pénurie des composants électroniques dont la production est principalement basée en Asie a mis en évidence la forte interdépendance de l’économie mondiale…Il devient vital pour les entreprises de modifier radicalement leurs modèles de développement pour passer à un modèle plus vertueux basé sur l’économie circulaire.

Mais des freins persistent dans ce domaine.

Beaucoup d’idées reçues sur le matériel de seconde main et l’économie circulaire

Non, les équipements reconditionnés ne sont pas moins fiables que les neufs. Dès lors qu’un processus de requalification est mis en place, ces équipements sont au moins aussi fiables que les neufs.

Non, l’économie circulaire n’est pas un frein à la transition numérique. Les deux sont même très fortement liées : grâce aux PC et smartphones reconditionnés, l’accès à l’internet haut débit devient une opportunité pour tous en ciblant les foyers à faible revenu. Mais aussi, grâce aux équipements informatiques et réseaux télécoms reconditionnés, les opérateurs telcos peuvent déployer internet à faible coût dans des zones moins rentables et à faible densité de population, ainsi que dans les zones blanches.

Non, l’économie circulaire n’est pas un levier de croissance exclusivement réservé aux pays émergents. C’est l’histoire de toute la planète : l’économie circulaire contribue à la croissance économique, à la compétitivité, à une meilleure rentabilité en développant de nouveaux produits et services et mais aussi en créant des emplois et relocalisant les activités.

L’économie circulaire : un nécessaire changement de paradigme

Face aux enjeux sociétaux et environnementaux auxquels elles sont confrontées, les entreprises doivent s’adapter en intégrant l’économie circulaire au cœur même de leur stratégie. Pour cela, elles doivent mettre en place des programmes ambitieux combinant écoconception, utilisation de matériels reconditionnés, réparation, recyclage et information à la fois en interne mais aussi vis-à-vis des clients.

Plus précisément, les entreprises doivent se mobiliser à plusieurs niveaux pour réussir leur passage à l’économie circulaire. Voici quelques initiatives pour installer cette démarche au sein de l’entreprise :

  • Revoir les stratégies d’achats en développant le recours à du matériel reconditionné ou en utilisant du stock dormant au sein de l’entreprise.
  • Impulser une démarche d’écoconception de produits en intégrant dès la phase de conception d’un produit les enjeux de réparation, réutilisation, recyclage. Cette démarche constitue par ailleurs, un formidable levier d’innovation pour les entreprises. La transformation des déchets implique le développement de nouvelles compétences et métiers pour repenser la chaîne de production au sein de l’entreprise. Cette démarche contribue à la création d’emplois dans le secteur et au développement de nouvelles filières telles que la réparation, le réemploi ou le recyclage. Enfin, cela peut aussi être une opportunité pour relocaliser ces nouveaux emplois sur les territoires nationaux au plus près des entreprises.
  • Installer une dynamique de changement en sensibilisant les parties prenantes de l’entreprise aux enjeux de l’économie circulaire. Il s’agit d’informer, d’éduquer et de former les parties prenantes de l’entreprise : ses collaborateurs mais également :
  • ses fournisseurs en intégrant dans les appels d’offres la notion d’économie circulaire et d’écoconception afin d’augmenter la durabilité des produits : utilisation de ressources renouvelables, valorisation des déchets (réparation, recyclage…)
  • et ses clients pour les informer de l’impact environnemental de leurs équipements (téléphone, box, …) et de leurs usages. C’est aussi un moyen de lever certains des freins par exemple sur l’utilisation de matériels reconditionnés.

Exemples d’initiatives d’économie circulaire chez les opérateurs télécom

Alors qu’il se vend plus d’un milliard de téléphones mobiles par an, qu’avec l’arrivée de la 5G, les réseaux doivent évoluer, les opérateurs télécom sont particulièrement concernés par les enjeux de l’économie circulaire.

La Joint Audit Co-operation (JAC), initiative collaborative qui regroupe 17 operateurs majeurs, a pour ambition de sensibiliser les fournisseurs aux enjeux du développement durable, afin de garantir le respect des normes internationalement reconnues tout au long de la chaîne d'approvisionnement des TIC, ainsi que le respect des droits de l'homme et des normes sociales, environnementales et de travail.

Le groupe Orange compte atteindre le net zéro carbone à horizon 2040. Dans cette perspective, Orange a lancé plusieurs initiatives d’économie circulaire dont un programme baptisé OSCAR1 pour mettre l’économie circulaire au cœur des réseaux d’infrastructures. La réutilisation, à chaque fois que possible, des équipements existants reconditionnés contribue à réduire les émissions de CO2 : elle évite la production de nouveaux matériels tout en améliorant la performance opérationnelle du groupe.

Pour exemple, à la suite des accords de partage de réseaux signés en Espagne et Belgique23, les équipements démantelés seront mis en ligne sur la marketplace d’Orange pour être facilement redéployés vers d’autres pays du groupe.

Vodafone a aussi l’objectif d’atteindre la neutralité carbone en 2040, et s'engage à réduire les déchets électroniques, avec un objectif de réutiliser, revendre ou recycler 100 % des déchets de de son réseau d'ici 2025,

Les équipementiers sont également impliqués : par exemple, CISCO avec son programme CISCO refresh permet d’offrir des produits reconditionnés, ou encore Juniper et son offre d’équipements reconditionnés et certifiés Purewrx...

Construire une stratégie d’économie circulaire n’est plus simplement un moyen d’améliorer la réputation d’une entreprise. C’est aussi un nouveau modèle économique qui permet d’apporter une réponse pragmatique aux problèmes de changements climatiques et de gagner en performances économiques et sociales. Ce modèle favorise la croissance et la compétitivité pour l’entreprise, il est également un +facteur de création d’emplois.

/media/images/placeholders/fouad-essabbab.png

Fouad Essabbab

Consultant Réseau Senior

Laisser un commentaire