Analyse marché

Déploiement de backbones télécoms terrestres enterrés

ven. 16 juil. 2021

Les réseaux dorsaux terrestres (ou backbones) constituent une composante essentielle de la chaîne télécom. Ils relient les principaux nœuds du réseau d’un pays entre les grandes villes notamment, et permettent des liaisons à très grande vitesse et à très grande capacité.

Leur fonction est d’agréger le trafic à partir des différentes régions du pays et le porter ensuite au nœud ou la ville suivante. Bien que la comparaison ne soit pas parfaite, une analogie peut être faite avec les autoroutes d’un pays.

Un déploiement coûteux et une incertitude sur l’organisation des travaux

Le mode de pose recommandé 1 2 pour les réseaux dorsaux terrestres est une pose enterrée des câbles en fibres optiques à une profondeur de l’ordre de 1m20, sur la totalité du parcours. Ce mode de pose garantit une longévité de ces infrastructures supérieure à 30 ans et une disponibilité élevée. 

L’investissement pour le déploiement d’un réseau dorsal terrestre est de l’ordre de 20.000 USD / km. Les travaux de génie civil représentent une part importante de l’investissement initial.  L’insuffisante préparation en phase d’études est la cause de difficultés en phase d’exécution des travaux et conduit parfois à un allongement significatif des projets ou à leur abandon.

L’analyse des retards ou des difficultés de construction du réseau enterré montre qu’elles résultent principalement :

  • d’une connaissance trop approximative du terrain;
  • d’une prise en compte tardive des impacts sociétaux et environnementaux;
  • d’une méconnaissance du sous-sol proche avec l’incapacité à mobiliser les moyens d’excavation adaptés.

La phase d’étude environnementale et géotechnique doit être anticipée

Forte de ses expériences antérieures, nous avons développé une méthodologie innovante pour la reconnaissance environnementale et géotechnique des parcours en s’associant dès la phase d’études avec plusieurs partenaires afin de mettre sous contrôle ces différents aspects.

Un premier partenaire va apporter les compétences techniques locales pour une reconnaissance détaillée des parcours envisagés pour le passage de la fibre : la route est photographiée à intervalles réguliers permettant d’analyser le côté le plus favorable pour la pose de fibre. Les obstacles de surface (ponts, passages de rivières, marécages, villages, croisements de routes, de voies ferrées, lieux sacrés, sites protégés, forêts…) sont documentés grâce à des photos géolocalisées ce qui permet de recommander une solution technique à leur franchissement.

Les impacts sociétaux et environnementaux vont être analysés par un partenaire local spécialisé  disposant des agréments nécessaires. Les opportunités le long du parcours (villages, stations de carburant) qui faciliteront l’exécution des travaux d’excavation et de pose de fibre optique sont notées. Ce partenaire interagit avec les autorités afin de préciser l’emprise publique et le lieu le plus propice à l’enfouissement du câble.

Enfin, un troisième partenaire, intervenant à distance dispose de compétences en géoscience pour recommander les sites de tests de dureté de sol puis analyser la dureté du sol jusqu’à 1m50. Il apporte ensuite une réponse sur les moyens d’excavation pertinents pour réaliser la tranchée selon la dureté et la résistance au creusement du sol:

  • sol tendre : il peut alors être creusé à la pelle,
  • sol dur : utilisation d’une pioche,
  • sol rocheux : l’utilisation de marteaux piqueurs ou d’excavatrices mécanisées est alors nécessaire.

Nous confirmons la faisabilité d’acheminer ces moyens sur chaque zone.

L’analyse géotechnique des sous-sols permet des gains de temps et de moyens

Les cartes du sol existantes apportent peu d’information sur les transitions rapides du sous-sol et la dureté du sol superficiel. En conséquence, elles sont peu exploitées par les entreprises de travaux parce que leur précision est jugée insuffisante. L’observation visuelle des seules roches affleurantes ne permet pas d’anticiper les obstacles du sous-sol proche.

Les compétences déployées en géoscience permettent d’améliorer l’incertitude sur la dureté du sous-sol tout en réduisant le nombre de points de mesures, dès l’étape de pré-faisabilité du projet.

Le pratique courante est de réaliser des mesures de dureté de sol à l’aide d’un pénétromètre à un pas constant de 50 ou 100 mètres mais cette méthode prend un temps considérable (chaque mesure prend environ 20mn) et mobilise des moyens techniques et humains coûteux.

L’utilisation des géosciences apporte une précision de l’ordre du décamètre. L’innovation consiste à adapter la densité de points de mesure sur la base de la compréhension d’ensemble du géologue.

A qualité comparable, les résultats sont obtenus avec une économie de moyens puisque la densité de points de mesure au pénétromètre est de l’ordre d’une mesure chaque 2km en moyenne (hors zones urbaines denses) à comparer avec une mesure chaque 100m selon une méthodologie traditionnelle. 

L’ensemble des actions mises en œuvre lors de la phase d’étude permet de dé-risquer la phase de réalisation des travaux et apportent plusieurs bénéfices :

  • anticipation des négociations avec les pouvoir publics,
  • promotion du projet auprès des instances locales,
  • gain de temps sur la phase d’étude en diminuant le nombre de points de mesure,
  • anticipation sur les moyens d’excavation nécessaires lors de la phase de travaux.

Cette méthodologie a déjà séduit un investisseur international et a été déployée sur plusieurs milliers de kilomètres en Afrique centrale. Elle est particulièrement adaptée à des projets de plus de 500 km.

 

1 ITU-T Technical Report on Optical fibres, cables and systems. Chapter_03-Optical_cables_installation.pdf https://www.itu.int/pub/T-TUT-HOME-2015-OFCS « § 2.2.2 Buried network : « The minimum depth of buried cables is typically 1.20 m.”

2 Lorsqu’aucune infrastructure alternative (pose aérienne sur lignes MT ou HT par exemple) n’est disponible.

 

/media/images/contacts/contributeurs-publications/nicolas-jaupitre.png

Nicolas Jaupitre

Business Manager Network