Fichier 287

Publications

Les bénéfices attendus de la 5G

Les bénéfices attendus de la 5G

Par Clément Roulleau - Marketing Intelligence consultant - le 06 février 2020

Photo of woman holding smartphone 3179215

Alors que de nombreux pays européens annoncent un lancement de la 5G en 2020, la question des bénéfices réels qu’elle apporte divise les experts du secteur. Les avantages présentés pour le marché grand public peinent à justifier un prix plus élevé du forfait. Sur le marché des entreprises, des usages sur des verticales métiers sont annoncés comme pistes de revenus. Quant à l’opérateur wholesale, il s’interroge sur les offres à commercialiser en 5G et le potentiel de captation de valeur sur ce nouveau marché. Passage en revue des spécificités de la 5G et des bénéfices que chaque segment de marché peut en attendre.

Le marché B2C en attente de la valorisation d’un bénéfice déterminant

En 2019, la connaissance de la 5G a progressé auprès du grand public dans les pays qui ont lancé la technologie, comme les USA et le Royaume-Uni, mais peu d’utilisateurs 4G semblent prêts à dépenser plus pour des services 5G. Les bénéfices de la 5G sont-ils mal  compris ou ne sont-ils pas suffisamment conséquents ? Déroulons les spécificités de la 5G pour comprendre où se trouve son potentiel commercial.

Une montée en débit réelle mais encore difficilement convaincante

La 5G est vendue comme une augmentation massive du débit. Le débit théorique sera multiplié par 10, offrant une performance comparable à celle proposée par la fibre.

Le premier bénéfice tangible de la 5G serait l’utilisation du réseau mobile comme alternative au réseau fibre. Même si cela est déjà partiellement fait avec la 4G, la 5G pourrait apporter du Très Haut Débit similaire à la fibre en vitesse et fiabilité en zones rurales. L’un des avantages pour l’opérateur est la réduction de coûts de raccordement en FTTH, généralement élevés pour les foyers isolés.

Selon Ericsson, la consommation moyenne par utilisateur passerait d’une moyenne de 6Gb mensuels à 24Gb à horizon 2025. Elle serait principalement soutenue par la vidéo. Mais une question demeure : la montée en débit est-elle réellement susceptible de pousser une telle augmentation de la consommation ? Si le basculement de la 3G à la 4G a permis la démocratisation d’une expérience de visionnage fluide, à quel niveau la 5G va-elle réellement s’inscrire ? Bien que vendeur sur le papier, l’argument marketing du visionnage vidéo en 4K voire potentiellement en 8K n’améliorera qu’à la marge l’expérience utilisateur. Même si les écrans sont de plus en plus grands, les terminaux mobiles ne sont pas conçus pour de telles résolutions. Il n’est donc pas facile de convaincre les utilisateurs.

Reste la capacité de téléchargement, sur le réseau 5G, de vidéos et/ou fichiers très volumineux habituellement déportés sur le réseau fixe. Les téléchargements pourraient être nettement facilités sur mobile. Ce bénéfice est réel, mais doit être communiqué en tant que tel avec des offres adaptées en termes de volumes de data. 

La latence, un concept aux avantages réels, mais trop peu expliqués

Le second bénéfice phare de la 5G réside dans sa latence divisée par dix. Elle passera théoriquement de 10ms à 1ms. Malgré ces chiffres, le marché B2C peine à comprendre la valeur-ajoutée de cette amélioration.

La réduction de latence aura un impact crucial sur le marché du streaming. Elle constitue le principal élément autour duquel seront construites les futures plateformes de streaming et, plus largement, toutes les innovations liées au streaming intégrant de l’interaction.

Au-delà du streaming, le gaming gagnera grandement en flexibilité : grâce à la 5G, les développeurs pourront héberger leurs jeux dans le cloud. Les jeux seront ainsi en partie opérés à distance et affichés en temps réel avec un temps de réponse minimal. Les usagers pourront donc jouer de n’importe où, sur leur mobile ou tablette habituel.

Le marché de la Réalité Virtuelle et de la Réalité Augmentée bénéficiera de la latence réduite d’une façon similaire. Cependant les modèles d’usages ainsi que les terminaux utilisant ces technologies en mobilité sur le B2C sont encore assez peu clairement définis.

Une fiabilité de réseau accrue pour une performance en continu

Bien qu’il soit peu communiqué pour le marché B2C, la promesse de « service garanti », pourrait avoir le plus d’impact sur le consommateur.

Au-delà donc du débit et de la latence, la 5G améliorera considérablement la fiabilité des connexions mobiles. Les consommateurs devraient aussi le ressentir au quotidien.

Le marché B2B profitera de toutes les spécificités de la 5G

L’ensemble des usages 5G du segment B2B restent à concevoir. Bien que des tendances se dégagent (voiture connectée, industrie 4.0, etc….), leur développement n’en est qu’aux premiers balbutiements Néanmoins, une certitude s’impose déjà : les opérateurs doivent continuer d’investir. Ils doivent surtout développer des partenariats avec les acteurs de l’industrie. Ces partenariats permettront d’affiner leurs modèles d’usage et créer des services qui utiliseront au mieux la 5G tout en collant aux besoins des industriels.

Nous nous concentrerons ici sur les deux principaux bénéfices de la montée en gamme du réseau mobile : la densité de terminaux et la latence.

L’« IoT massif » comme moteur des villes de demain

Le terme «IoT massif» renvoie au nombre important de capteurs et d'appareils qui communiqueront entre eux grâce à la 5G. La nouvelle norme IMT-2020 associée à la 5G demande une densité de connexion minimale de 1 million d'appareils par km² (Vs 60 680 pour la 4G)

C’est bien l’« IOT Massif » qui permettra au concept de Smart City d’exprimer son potentiel : la gestion des ressources et des opérations au sein des grandes villes n’est viable que via leur automatisation. Elle s’appuie sur la récolte de cette donnée par un très grand nombre de capteurs.

Cependant, il conviendra de garantir également la fiabilité de la connectivité par un débit de données élevé et une faible latence permettant un transfert rapide et un temps réel de l’information.

Une latence adaptée aux enjeux de « l’IoT critique »

La latence moyenne sur les réseaux mobiles existants n’est pas suffisamment fiable et régulière pour une application à des systèmes de contrôle industriels critiques. Elle pourrait causer des dommages coûteux et, au pire; des accidents. L’alternative possible du filaire reste coûteuse et peu pratique.

La 5G est en revanche parfaitement adaptée.

Le cas d’usage le plus largement discuté est celui de la voiture autonome. A défaut d’avoir besoin d’un débit massif, il nécessite  de communiquer en temps réel avec à la fois les autres véhicules, les infrastructures routières (capteurs routiers, feux, intempéries, etc.) et le réseau les reliant tous. Il en va de la sécurité des passagers. Une démocratisation de la voiture autonome ne pourra pas se faire sans un réseau mobile répondant aux critères de latence promis par la 5G.

Les services de maintenance et d'urgence pourront également optimiser leur efficacité. Ainsi, un ouvrier équipé d’un casque de réalité virtuelle pourra profiter des conseils de spécialistes ou contrôler des machines à distance, quasiment en temps réel.

On retrouve ces mêmes bénéfices pour le secteur de la santé et notamment la réalisation d’opérations médicales à distance.

Les nouvelles opportunités sur le marché du wholesale

L’arrivée de la 5G ouvre de nombreuses opportunités pour l’opérateur Wholesale. Il peut diversifier ses offres et u intégrer notamment des services IT.

D’un côté, il pourra commercialiser l’accès aux antennes intelligentes 5G miniaturisées - appelées small cells, ou même la gestion de ces small cells. En effet, les fréquences millimétriques (en 26 GHz) dont le débit est de faible portée, nécessiteront un très fin maillage du territoire par des small cells.

De l’autre, la virtualisation du réseau 5G, avec le « network slicing » lui offrira une flexibilité jusqu’alors impossible dans la gestion et la commercialisation de ses infrastructures réseau et de sa connectivité. Cette fonctionnalité permettra à l’opérateur de découper son infrastructure en tranches de réseaux virtuels et de fournir à chaque client un réseau clé en main adapté, via les propriétés du Cloud, à ses besoins spécifiques de capacité, de latence et de fiabilité.

Elle est une réponse claire aux deux problématiques qui se dessinent aujourd’hui pour les entreprises :

• Un besoin croissant de services basés à la fois sur le Cloud, le ‘Edge Computing’, les CDN, les plateformes;

• Une attente d’intégration forte entre connectivité et services IT pour assurer une performance de bout-en-bout de leur outil industriel.

De nouveaux clients pourraient émerger. Par exemple, un fournisseur d’électricité pourrait vouloir opérer lui-même le réseau de relève de ses compteurs en louant à un opérateur wholesale de la connectivité 5G, qui prendrait à terme la forme d’une tranche de réseau.

Si la faisabilité ainsi que les revenus potentiels restent encore incertains, les opportunités apportées par cette transformation du réseau sont bien présentes et devront être anticipées par l’opérateur wholesale.

En conclusion :

La 5G s’inscrit comme une amélioration significative du réseau mobile très haut débit. Cette amélioration sera cependant perçue différemment selon le segment de marché: si l’augmentation du débit, la densité de terminaux et la diminution de la latence semblent taillés pour des besoins du marché B2B, ces mêmes bénéfices ne semblent pas porter le même potentiel d’innovation pour le B2C. Quant à l’opérateur wholesale, il va significativement gagner en flexibilité dans la gestion et la commercialisation de ses infrastructures réseau et de sa connectivité grâce à la virtualisation de réseau permise par la 5G en mode SA.

Il incombe désormais aux opérateurs de trouver, notamment en continuant d’itérer sur les modèles d’usages via des partenariats solides avec les acteurs de chaque écosystème, les business model pertinents pour transformer ces opportunités en offres adaptées aux besoins de chaque segment.