Fichier 287

Publications

Les clés de réussite de la digitalisation des paiements gouvernementaux

Les clés de réussite de la digitalisation des paiements gouvernementaux

By Sauvanne Tichit - Consultante services financiers mobiles - November 20, 2020

Digital identification

La digitalisation des paiements publics offre de multiples bénéfices : elle accroît les recettes des gouvernements tout en générant des économies. Les administrations de l’Etat y gagnent en efficacité et en agilité opérationnelle tout en luttant contre la corruption. Cela renforce la confiance des administrés dans les services publics. La réussite de cette transformation s’appuie sur plusieurs clés de succès.

Un fort potentiel de développement des paiements publics digitalisés

En 2018, une étude estimait que digitaliser le paiement des impôts pouvait générer 300 Mrds $ de recettes publiques supplémentaires par an à l’échelle mondiale[1].

Pourtant, la digitalisation des paiements publics reste peu développée dans les pays émergents. En 2016, les paiements gouvernementaux étaient estimés à 375 M$ pour les pays à revenu faible et intermédiaire sur 8 000 Mrds $ dans le monde, soit 0,005%[2].

De nombreuses initiatives de digitalisation des paiements publics voient néanmoins le jour:

  • DAWASCO fut, en 2009, le premier service public d’eau en Afrique Subsaharienne à proposer un règlement de factures avec du paiement mobile.
  • Le Ghana a lancé en 2014 le paiement des frais de scolarité via mobile Money.
  • Le gouvernement rwandais s’est équipé en 2017 de sa plateforme Irembo pour digitaliser ses services publics et proposer du paiement digital.

La mise en place de telles initiatives doit s’appuyer sur un modèle pertinent. Trois paramètres sont déterminants pour la réussite de la transformation.

Offrir un panel de services financiers pertinents répondant aux usages des administrés

Il est essentiel, dans les pays à revenu faible et intermédiaire où les populations ont peu accès aux services financiers traditionnels, de dématérialiser les paiements en allant au-delà du simple paiement par carte bancaire.

En Afrique de l'Ouest, le taux de bancarisation était seulement de 19,3% en 2018 selon la BCEAO[3], mais les gouvernements peuvent s’appuyer sur les services financiers digitaux tels que le mobile money pour atteindre les populations exclues du circuit traditionnel. Accessibles à une plus large population, offrant un parcours client fluidifié, ces services font bénéficier les administrés d’un gain de temps et l’administration d’une plus grande efficacité opérationnelle.

Toutefois dans les pays où les services financiers digitaux sont peu développés, la mise à disposition d'un canal " phygital " constitue une alternative. L'administré effectue toujours son règlement au travers d'un point de service physique (Guichet Automatique Bancaire, agence postale, guichets etc.), mais les étapes du processus sont digitalisées en amont.

En Egypte, Fawry a choisi cette option avec succès. La société a développé sur le territoire un réseau de plus de 141 000 points de service servant de relai local au gouvernement.  L’administré a le choix entre un parcours entièrement digitalisé via une app ou son site web, ou un parcours « phygital » avec un e-paiement sur les terminaux de paiement électroniques d’un point de service ou le réseau de distributeurs automatiques des banques.

Offrir un large panel d'instruments de paiement proposant plusieurs parcours facilite indéniablement l'adoption, mais n’est possible que si l’infrastructure de paiement est alignée avec les attentes.

Mettre en place une infrastructure de paiement adéquate

Les gouvernements doivent pouvoir connecter les fournisseurs de services de paiement aux SI des entités publiques pour proposer aux administrés une multiplicité de services (paiements d’impôts, de frais de scolarité, de factures d’eau et d’électricité, etc.) et d’instruments de paiement. Ils doivent donc mettre en place une infrastructure capable d’accueillir ces différents services.

Des connexions bilatérales entre entités publiques et services de paiement sont réalisables, mais multiplient le nombre d’intégrations à réaliser. Rapides à mettre en place, elles atteignent ainsi rapidement leurs limites dans le cadre d’une approche globale en raison de leur manque d’évolutivité.

En 2011 en Côte d’Ivoire, le MENET a mis en œuvre un projet de digitalisation des frais de scolarité en s’interconnectant de manière bilatérale d’abord avec le fournisseur de service de mobile money MTN, puis au terme d’une phase pilote, directement avec les opérateurs de mobile money Orange, puis Moov.
L’autre solution consiste à mettre en place un hub de paiement. Les entités publiques et les fournisseurs d’instruments de paiement réalisent une intégration unique au hub, en s’appuyant sur des standards d’intégration leur permettant d’être connectés à toutes les parties prenantes en une fois.

C’est ce que propose la plateforme Orbus déployée notamment au Sénégal pour la Sénégalaise des Eaux (SDE). Le hub de paiement évolutif concentre plusieurs services de paiement tels que Tigo Cash et Orange Money pour le mobile money, le paiement par cartes bancaires Visa et Mastercard.
Définir un modèle opérationnel pour garantir une gestion optimale

Le troisième enjeu concerne la gestion optimale des différentes briques de la solution de paiement. Les gouvernements doivent déterminer les activités à internaliser ou externaliser en :

  • Evaluant les ressources humaines et matérielles nécessaires au management de la solution.
  • Déterminant son niveau de contrôle sur la solution, notamment l’infrastructure IT et les interfaces utilisateur.

Plusieurs types de modèle opérationnel existent, allant du contrôle total du gouvernement à une délégation partielle voire entière à une entité tierce.

Jusqu’en 2019, le gouvernement d’Ethopie avait complètement délégué la gestion des paiements gouvernementaux à Kifiya qui gérait seul l’infrastructure et les canaux de distribution.

A l’inverse, en 2015 la Banque Centrale jordanienne a mis en place, de sa propre initiative, un hub de paiement qu’elle détient et supervise.


[1] Better Than Cash Alliance (2020), Success Factors in Tax Digitalization
[2] Dalberg Global Development Advisors (2016), Global Landscape Study on Digitising P2G Payments
[3] Rapport sur la situation de l’inclusion financière dans l’UEMOA au cours de l’année 2018, Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (2019)