Fichier 287

Publications

Orange Botswana sécurise son réseau de transmission

Orange Botswana sécurise son réseau de transmission

Le Botswana, pays d’Afrique sub-saharienne, est enclavé géographiquement entre la Namibie, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe. Cet enclavement touche de facto les opérateurs télécoms. Ainsi, la connectivité des communications à l’international est fortement dépendante de transmissions satellitaires, dont les coûts sont prohibitifs et la capacité en bande passante limitée. C’est dans ce contexte que Sofrecom a réalisé une étude d’opportunité réseaux pour Orange Botswana.


Dans cette région comme dans le reste du continent africain, les usages, notamment sur mobile, évoluent et le trafic data explose, nécessitant de plus en plus de débit pour répondre aux demandes croissantes des clients des opérateurs et leur garantir une qualité de service optimale.
Les opérateurs télécoms Botswanais doivent donc répondre à une double problématique : augmenter leur capacité en bande passante pour offrir des services innovants et gros consommateurs de haut débit à un coût raisonnable, tout en s’assurant de la qualité des prestations qu’ils proposent, notamment avec un réseau sous contrôle.

Pour répondre à ce défi majeur, Orange Botswana avait pour projet de recourir à un nouveau réseau de transmission en s’appuyant sur la technologie fibre optique. Il s’agissait à la fois d’étendre et de sécuriser son réseau de transmission sur le plan national afin de délivrer une expérience client exemplaire de bout en bout, et de trouver une interconnexion internationale pour offrir des prestations de roaming notamment à un tarif compétitif. Pour Orange Botswana, fallait–il « make or buy » - littéralement « construire ou louer » - son réseau en fibre optique ? Autrement dit, l’évolution du réseau de transmission devait-il s’appuyer sur le réseau fibre optique existant de l’opérateur électrique national ou Orange Botswana devait-il procéder à la pose de nouvelles fibres optiques le long des chemins de fer ?

L’intérêt du réseau en fibre optique de l’opérateur électrique résidait en effet dans le fait qu’il était sur les grands axes de communication du pays, entre Francistown et Gaborone à la frontière sud-africaine, et pouvant être complété par de nouveaux tronçons alignés sur les principales lignes de transport ferroviaire. Exploiter ce réseau déjà existant aurait permis à Orange Botswana de riposter face à la concurrence en étant en mesure de proposer à court terme des offres haut-débit avec une qualité de service garantie.

Sofrecom est ainsi intervenu pour Orange Botswana et a étudié, puis chiffré différents scénarios pour en valider la pertinence, tant d’un point de vue économique que technique, en veillant à limiter les dépenses d’exploitation (OPEX) et les investissements (CAPEX).
Les experts de Sofrecom en conception et architecture de réseaux ont analysé les infrastructures existantes en un temps très limité, et se sont appuyés sur leur expérience en matière de fibre optique pour réaliser une étude de faisabilité et proposer une solution chiffrée en s’appuyant sur des hypothèses technologiques différentes.
Sofrecom a établi des recommandations pour Orange Botswana, qui a pu présenter un dossier complet aux administrateurs d’Orange Botswana, puis au régulateur. Nos consultants et ingénieurs sont aujourd’hui prêts à superviser le déploiement de la solution qui sera retenue.


« Sofrecom a su proposer en quelques jours à Orange Botswana deux options associées à une solution technique et financière pour la mise en œuvre d’un Backbone en fibre optique utilisant des câbles OPGW (Optical Ground Wire) adaptés à la pose sur ligne haute tension de l’opérateur électrique et/ou la réserve foncière le long de la voie ferrée. Les délais étaient courts compte tenu de la présentation qui devait être faite au comité exécutif. J’ai apprécié la réactivité et la qualité du dossier qui devrait conduire à la mise en œuvre d’une des solutions avant la fin 2013 ».

Michel Levet
CTIO Orange Botswana