Fichier 287

Publications

de retour du CES 2011 / Tablettes : beaucoup d’annonces, mais pas d’iPad killer

de retour du CES 2011 / Tablettes : beaucoup d’annonces, mais pas d’iPad killer

Le succès de l’iPad d’Apple a donné des ailes à ses concurrents, avec une trentaine de modèles dévoilés ou présentés durant le salon, la plupart d’entre-elles arrivant réellement sur le marché d’ici mars. Même s’il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, on entrevoit déjà l’arrivée en force des fabricants de PC et le poids croissant d’Android. Mais à court terme, le grand gagnant restera Apple.

Pub pour la gamme KYROS sur le stand de COBY. Photo Sofrecom

Les chiffres diffèrent selon les analystes et les journalistes, mais on peut estimer qu’une trentaine de fabricants ont annoncé une cinquantaine de prototypes et de produits quasi finalisés (cf. tableau en fin d’article). Une compilation rapide des annonces permet déjà de dégager quelques tendances :

- la forte poussée de toutes les catégories de fabricants qui viennent désormais du monde de l’informatique (Dell, Asus, Fujitsu, Lenovo, MSI, Acer), des mobiles (Motorola, RIM), des écrans (Vizio, ViewSonic). Sans oublier bien entendu les acteurs globaux, les 3C (Communication, Computer, Consumer Electronics) comme Panasonic, Toshiba, Samsung et LG.

- un début de segmentation entre d’un côté des appareils grand public pour un usage récréatif (mail, Internet , vidéo) que les cabinets qualifient de « media tablets », et de l’autre des terminaux pour le monde de l’entreprise comme ceux d’Avaya, d’ASUS, de Samsung et d’Acer, équipés de clavier coulissants ou d’un double écran (NEC) et qu’on peut ranger dans la catégorie des « tablet PC ». De son côté, Lenovo propose une tablette hybride à la fois pour le travail et les loisirs (LePad).

- des tailles d’écrans de plus en plus diversifiées. Quelques acteurs se calquent sur la référence d’Apple, avec des diagonales de 9,7 pouces, tandis que la plupart cherchent justement à s’en éloigner pour se différencier. Les tailles oscillent ainsi entre 7 et 12 pouces, quand certains ne proposent pas directement deux écrans comme chez NEC ou Acer (Iconia). On peut aussi remarquer que certains acteurs font aujourd’hui le choix de développer des gammes avec des tailles d’écrans différentes, comme COBY dont le KYROS est décliné en 7, 8 et 10 pouces, ou Dell avec son Streak en 5 et 7 pouces (et bientôt 10 pouces).

- une intégration croissante de la connectivité mobile 3G/4G, ce qui permet ainsi aux fabricants de se rapprocher des opérateurs et ainsi bénéficier du subventionnement associé et réduire les coûts d’acquisition pour le client final (Dell Streak, Motorola Xoom, Samsung GalaxyTab).

- l’arrivée en force d’Android. Hormis l’OS propriétaire d’Apple destiné à l’iPad, on a pu voir quelques modèles tournant sous MeeGo (Acer, Nokia) et Blackberry Tablet OS (RIM). Les fabricants de PC se rallient massivement à Windows 7 avec une architecture Intel. Mais c’est surtout Google qui donne déjà l’impression de rafler la mise, puisque Android – en version 2.3 ou 3.0 équipe près des deux tiers des nouveaux modèles. Ces dernières tablettes sont le plus souvent équipées de puces Nvidia, ce qui fait dire à certains que le couple WinTel perd du terrain au profit du couple Google-Nvidia (mais les jeux sont encore loin d’être faits quand on voit comment Microsoft a rattrapé le coup avec les netbooks).

72 Img Jpg Tablettes 2   Asus   Ee Pad   Coby Kyros  Rim Playbook

(ASUS eeePad, COBY KYROS et RIM PlayBook. Photo Sofrecom.)

Parmi les modèles les plus remarqués :

- la Motorola Xoom, première tablette fonctionnant sous HoneyComb, qui sera d’abord commercialisée aux Etats-Unis par Verizon Wireless en version 3G dès mars (donc a priori CDMA 2000 1xEV-DO), puis en 4G (LTE) au deuxième trimestre. Selon des informations en provenance de fournisseurs taïwanais, le fabricant américain aurait passé commande pour un volume de 700 000 à 800 000 unités au premier trimestre 2011 (Digitimes, 08/01).

- Samsung, qui a déjà livré 1,5 millions d’unités de sa GalaxyTab Wi-Fi/3G à fin décembre, va la décliner en version LTE pour Verizon Wireless d’ici juin. Samsung présentait également sur son stand une version Wi-Fi avec un design un peu modifié par rapport à la version initiale pour ne pas les confondre.

- RIM a étonné les journalistes et les assembleurs en présentant un PlayBook de très bonne facture et une ergonomie. C’est le premier appareil de la marque à embarquer BlackBerry Tablet OS, un système d’exploitation dérivé de Linux développé par QNX Software (et rachetée par RIM fin 2010). Le seul bémol est que la tablette sera d’abord vendue avec du Wi-Fi d’ici mars, et que la version mobile prévue pour cet été sera destinée à Sprint, donc a priori pour le réseau WiMAX, alors qu’il aurait pu s’allier à AT&T ou Verizon qui disposent d’une base de clients Blackberry plus importante. Selon Digitimes (10/01), les assembleurs taïwanais ont démarré la production pour une première commande d’1 million de tablettes pour le premier trimestre 2011.

- Après des débuts difficiles avec sa Streak 5 en 2010, Dell revient sur ce segment avec un modèle grand public de 7 pouces et HSPA+ qui sera commercialisé d’ici juin par T-Mobile (apparemment en exclusivité). Un modèle 10 pouces est également en préparation. Pas de port USB, mais deux capteurs photo/vidéo.

- enfin Lenovo, qui se distingue avec un modèle hybride, nouvelle version de son IdeaPad U1, un portable hybride sous Windows 7, dont l’écran détachable lui permet de se transformer en tablette Android, « LePad ». Lenovo le positionne comme un appareil fait à la fois pour le loisir et le travail. Il est équipé d’une webcam de 2 mégapixels et d’une connectique 3G, Bluetooth et du Wi-Fi.

73 Img Jpg Tablettes 3   Xoom Motorola

(diverses vue du modèle Xoom de Motorola. Photo Sofrecom)

Quelques déceptions malgré tout :

- chez Motorola, seuls les démonstrateurs du stand pouvaient tenir en main la Xoom, et uniquement pour faire tourner une démo en boucle. Un moyen comme un autre d’éviter que certains ne trouvent les bugs résiduels d’Android 3.0 avant son lancement prévu en mars prochain.

- COBY laissait bien une dizaine d’exemplaires de ses KYROS en test, mais dont la réactivité était inversement proportionnelle à la beauté du stand. C’est là que l’on se dit que les grands fabricants ont quand même une longueur d’avance face à ces petits acteurs.

- des fabricants japonais qui semblent un peu dépassés, à commencer par Toshiba qui ne montrait sa tablette que derrière une vitrine ou encore Panasonic qui en est encore à annoncer des développements en cours. Mais dans ces deux cas, les fabricants attendaient peut être justement la sortie d’Android 3.0 (alors que Motorola semble avoir travaillé directement avec eux).

- enfin, quelques fabricants manquent encore à l’appel, à l’instar de HTC et de HP. Mais dans les deux cas, des annonces importantes sont attendues d’ici le prochain Mobile World Congress de Barcelone. Enfin, n’oublions pas SONY qui dit déjà vouloir devenir le numéro 2 des tablettes d’ici 2012 – alors qu’il n’a même pas montré un seul prototype jusqu’ici ! Une situation qui n’a d’ailleurs pas l’air de stresser le patron de la branche informatique, Kunimasa Kawasaki : « If I want to differentiate it from others, do I release it tomorrow, or do I wait till I diffentiate it? ». Autrement dit, on pourrait bien s’attendre à voir débarquer une tablette multimédia équipée d’un écran 3D. Une belle bataille en perspective avec Apple et les autres quand on connaît le poids qu’attache SONY au design et à la finition de ses produits VAIO et BRAVIA (mais aussi ses prix plus élevés que la moyenne).

Face à ce déluge de tablettes, certaines banques d’affaires semblent donc aujourd’hui plus confiantes non seulement sur un décollage plus rapide du marché mais aussi des volumes plus importants que ce qu’ils avaient estimé jusqu’ici. Deutsche Bank a ainsi révisé à la hausse les livraisons de tablettes à 41 millions d’unités pour 2011 contre 35 millions précédemment. Un chiffre qui reste toutefois conservateur par rapport à ceux de Mirae (46 millions) ou de Goldman Sachs (54,7 millions). UBS est en revanche plus mitigé et n’a pas relevé ses prévisions (déjà hautes), à 55 millions d’unités cette année. Le broker suisse estime en effet que l’augmentation du nombre de modèles n’implique pas automatiquement une croissance plus forte des volumes, qui plus est sur un marché aussi volatile et immature que celui-ci. Il estime aussi que les fabricants présentent autant de modèles pour tester la réaction des acheteurs (revendeurs, clients).

La plupart des banques d’affaires semblent en revanche d’accord pour dire qu’Apple restera le maître du jeu incontesté, au moins jusqu’en 2011. Goldman Sachs et Deutsche Bank tablent ainsi sur 70% de part de marché pour l’iPad cette année, et au-dessus de 50% pour UBS.

Dernier avis partagé par les analystes financiers : l’arrivée de l’iPad 2 et les modèles des poids lourds du mobile (RIM, Motorola, HTC…) laisse prévoir un rapide abandon des petits acteurs. Goldman Sachs par exemple, estime tout simplement que les petits fabricants de PC/netbooks sont moins bien positionnés que les autres en raison de leur manque de recul sur les nouveaux OS comme Android, un avantage coûts moindre par rapport à d’autres acteurs (mémoire flash, écran tactiles…), sans oublier un mode de distribution inadapté (on voit d’ailleurs qu’Apple s’est finalement rapproché des opérateurs pour écouler ses iPad en fin d’année).

En tout cas, le marché des tablettes, inexistant il y a encore un an rappelons-le, fait donc couler beaucoup d’encre. Et ce n’est peut être qu’un début… à moins que le hype ne retombe aussi vite que celui qui avait entouré l’envolée des netbooks. Un segment dont plus personne ne parle aujourd’hui.

75 Img Jpg Tablette 5 Tableau Recap

(sources : fabricants, UBS, engadget, c|net - janvier 2011)

(post rédigé par l’équipe de Sofrecom présente au CES 2011)